Bien choisir son piano acoustique

Quel piano pour débuter ?

Quand on débute le piano ou quand son enfant commence son apprentissage, pas facile de choisir son instrument !

Le piano d’étude peut constituer la meilleure solution pour commencer.

Par piano d’étude, on entend un piano destiné à accompagner le pianiste débutant durant ses premières années d’étude. En moyenne, on estime à 4 à 5 ans la durée d’apprentissage à l’issue de laquelle, le pianiste (devenu passionné !) ressentira le besoin de passer sur un piano qui permettra plus de nuances d’expressions, une sonorité plus riche, ou plus puissante… Il devra alors envisager de passer sur un piano d’interprétation qui lui garantira de poursuivre ses progrès avec toujours un maximum de plaisir de jeu.

 

Qu’est-ce qu’un piano d’étude ?

Sa hauteur est généralement autour de 110 cm et est toujours inférieure à 121cm. Les cordes étant plus courtes, la puissance de l’instrument est limitée et les graves assez peu profonds.

Toutefois le piano d’étude n’est pas fondamentalement fabriqué d’une façon différente des autres pianos. Cependant les matériaux choisis (les essences de bois, les feutres, …) ne sont pas d’aussi bonne qualité que sur un piano d’interprétation.

Enfin, l’assemblage y est davantage industriel, ce qui nuit à la qualité de fabrication.

Pour toutes ces raisons, les pianos d’étude vont donc offrir des qualités acoustiques plus pauvres (ou moins riches !) et ont généralement une durée de vie plus courte que les pianos d’interprétation.

En conclusion, un piano d‘étude est adapté à un pianiste débutant, peu exigeant sur les qualités acoustiques de l’instrument et qui ignore si sa pratique de l’instrument va s’inscrire dans la durée.

               

Quel budget pour un piano d’étude ?

Ce sont les pianos les plus abordables (entre 2000 € et 5000 € neufs).

Mais attention, il y a des bons et des mauvais pianos d’étude !!

Même si le piano est destiné à un débutant, et même si on a un budget limité, il est important d’éviter quelques mauvaises affaires.

Retenez qu’en dessous de 2500 €, les pianos neufs sont vraiment de piètre qualité. Un distributeur attentif à la qualité de ses produits et à la satisfaction de ses clients vous les déconseillera.

Mieux vaut parfois s’orienter vers un piano numérique, bien que le toucher restera toujours différent d’un « vrai » piano acoustique (malgré les magnifiques progrès accomplis ces dernières années par les fabricants).

 

Les pianos d’étude à éviter :

Animés par l’objectif de proposer des prix accessibles, certains distributeurs font fabriquer des pianos bas de gamme dans des usines situées en Chine, où la main d’œuvre (bon marché) ne possède aucun savoir-faire. Les matériaux utilisés sont de mauvaise qualité, et surtout, l’assemblage y est industrialisé (et donc pas soigné).

Ces pianos, importés par container, portent souvent des marques inventées par les distributeurs… Des marques, à consonance Allemande (pour inspirer la qualité….), qui ne vivent souvent qu’un rayon de soleil (…levant !). Ce ne sont pas des pianos fabriqués par de vrais facteurs de pianos. Ils ne bénéficient donc pas d’une garantie fabricant fiable et pérenne. Ces pianos portent les marques suivantes : Keilberg, Kipfer, Wendl & Lung, Feurich, Heineman, …

Dorélami, sur les conseils et l’expertise des techniciens Desevedavy Musique a fait le choix de ne pas distribuer ce type d’instruments.

D’autant qu’on peut trouver des pianos d’étude, fiables et de bonne qualité pour seulement quelques € de plus !

Ces pianos ne sont pas fabriqués en Chine, mais en Indonésie où la main d’œuvre reste peu chère mais où la compétence du travail du bois est toujours présente.

Quelles marques de pianos d’étude choisir ?

Dorélami a sélectionné plusieurs modèles issus de grandes marques de fabricants de pianos qui, pour bénéficier de coût de main d’œuvre compétitif, ont délocalisé leur production en Indonésie :

  • SAMICK (modèles de la gamme ‘JS’ à moins de 2900 € TTC)
  • YAMAHA (modèles de la gamme ‘B’ autour de 3 000 € TTC)
  • KAWAI (modèles de la gamme ‘K’ autour de 3 800 € TTC)

 

Qu’est-ce qui fait la qualité (et donc le prix) d’un piano ?

Quelle différence entre un piano d’étude à moins de 3000 € (neuf) et un piano de concert à 125 000 € ?

Le piano est un instrument très complexe, et souvent méconnu. Il est donc naturel de se poser cette question.

On peut identifier 4 paramètres qui interviennent dans la qualité de l’instrument, et donc qui influencent son prix :

1/ L’origine de fabrication

Malgré les progrès techniques et la robotisation des chaînes de production, une grande partie de la fabrication d’un piano ne peut se faire qu’à la main, a fortiori si l’on a une vraie exigence de qualité.

Ainsi, en raison des écarts du coût de la main-d’œuvre entre pays, l’origine de fabrication de l’instrument a un impact très important sur son coût de fabrication et donc sur son prix de vente.

Dans l’ordre croissant :

  • La Chine

La main d’œuvre y est très bon marché. On compte aujourd’hui un grand nombre d’usines de fabrication de pianos (comme de tous instruments de musique d’ailleurs).

Néanmoins, on déplore souvent une piètre qualité d’assemblage due, d’une part, à une absence de qualification du personnel, et d’autre part à un manque de respect des temps de séchage des bois, élément pourtant fondamental pour garantir la bonne adaptation du piano sous nos latitudes (l’hygrométrie européenne est très réduite par rapport à la Chine !).

Le résultat aboutit à des pianos de qualités acoustiques médiocres, et qui connaissent un vieillissement prématuré.

Dorélami a suivi les recommandations des experts de Desevedavy Musique et a fait le choix de ne pas distribuer de pianos fabriqués en Chine.

  

  • L’Indonésie

La main d’œuvre y est aussi bon marché, mais la fabrication y est plus soignée. De plus, l’approvisionnement en bois précieux y est facilité par de nombreux ports jalonnant les cotes des innombrables iles Indonésiennes.

Les grandes marques japonaises y ont, depuis une dizaine d’années déjà, implanté leurs usines de production pour leurs produits d’entrée de gamme.

C’est le cas de la grande marque Japonaise YAMAHA (qui y produit les pianos de la série ‘B’), de l’autre grande marque Japonaise KAWAI (qui y produit les pianos de la série ‘K’), ainsi que de SAMICK (la grande marque Coréenne qui y produit notamment ses modèles ‘JS’).

Les sonorités sont claires dans les aigüs (sans être jamais métalliques), et les médiums sont riches.

La bonne qualité de fabrication en fait des pianos d’étude fiables qui seront parfaits pour débuter.

 

  • Le Japon

Le grand pays du piano. On y fabrique des pianos depuis la moitié du 20ème siècle.

Les améliorations technologiques et le soin apporté au suivi qualité ont entraîné au cours de ces 20 dernières années une très sensible amélioration de la qualité des pianos japonais.

Les pianos « made in Japan » ont aujourd’hui une vraie personnalité, une sonorité claire et brillante. Ils sont très homogènes (ils conviennent ainsi à tous les répertoires), et sont  extrêmement fiables.

Ils sont ainsi souvent sélectionnés par les écoles de musique et les conservatoires.

Les grandes marques Japonaises de pianos :

o             YAMAHA (séries U et les pianos à queue fabriqués au Japon)

o             KAWAI

o             SHIGERU KAWAI (séries moyenne et haute gamme fabriquées au Japon).

 

  • Les pays de l’ex-Europe de l’est

Les usines implantées en République Tchèque, ou dans l’ex-Allemagne de l’Est, bénéficient du savoir-faire traditionnel de la Haute Manufacture de Pianos occidentale.

Leur sonorité est ronde et chaleureuse, parfaite pour le répertoire classique (baroque ou romantique).

Ce sont des pianos d’interprétation qui dépassent tous aujourd’hui les 6000 € TTC, car le coût de la main d’œuvre a beaucoup crû au cours des 50 dernières années.

Ce sont des pianos de grande qualité, qui jouissent d’une bonne réputation

 

  • L’Allemagne

Les meilleurs pianos du monde issus d’usines historiques datant souvent de plus d’un siècle.

Une qualité de fabrication artisanale, dans le plus pur respect de la tradition séculaire des Facteurs de Pianos.

Ces pianos, présentent des qualités acoustiques hors du commun, développant des harmoniques qui suscitent, à chaque fois, la plus vive émotion. Leur sonorité est riche, ronde, chaleureuse, tout en étant puissante et offrant de grandes nuances d’interprétation. Et les basses sont profondes.

Les grands modèles sont souvent des pianos exceptionnels.

Des pianos d’une rare fiabilité, qu’on pourra se transmettre entre générations.

Les grandes marques sélectionnées par Desevedavy Musique :

o             SCHIMMEL (usine de Braunschweig)

o             GROTRIAN STEINWEG (usine de Braunschweig)

o             STEINWAY & SONS (usine de Hambourg)

 

  • L’Autriche

 Ils se disputent avec l’Allemagne la réputation de meilleurs pianos du monde. Une seule fabrique est à l’origine de cette notoriété : Bösendorfer.

Cette manufacture, dont l’usine est située à quelques kilomètres de Vienne, produit des pianos de prestige qui présentent la particularité de posséder des basses d’une profondeur extrême.

C’est le « son viennois ».

 

A savoir : Il n’existe plus de manufacture de pianos en France.

Les grandes marques des siècles passés, sur lesquelles ont joué les Chopin, Debussy et autres grands compositeurs, ont toutes disparu. Si on aime les meubles un peu anciens, on peut encore trouver de belles occasions de ces marques telles que Pleyel, Gaveau ou Erard qui nous enchantent toujours par leur sonorité incomparable.

 

 

2- Le choix des matériaux sélectionnés.

Le saviez-vous ?

On trouve dans un piano acoustique, les matériaux suivants :

  • Du bois (et même plusieurs essences de bois, souvent précieux)
  • Du métal (lourd, comme la fonte, mais aussi précieux comme le cuivre ou le laiton)
  • Du tissu (de la laine, du coton, du feutre et de la feutrine, dans la mécanique et sur les marteaux…)
  • Du cuir (dans la mécanique)
  • Du plastique ou des matériaux composites (pour remplacer l’ivoire du clavier aujourd’hui interdite)

Et c’est probablement le seul produit de consommation qui nécessite autant de matériaux différents.

Pour gagner en coût de revient, les marques font évoluer les matériaux en fonction de leur gamme de produits.

Ainsi, par exemple, un piano d’interprétation présentera une table d’harmonie en épicéa massif, ce qui ne sera pas le cas dans un piano d’étude d’entrée de gamme.

Le bois utilisé dans les marteaux aura aussi une grande influence sur le son du piano (en hêtre, ou en acajou ?), etc…

Retenez que chaque pièce d’un piano peut être réalisée avec un matériaux noble…ou pas.

Ce qui aura une conséquence directe sur la qualité acoustique de l’instrument… et sur son prix.

 

A savoir : Tous les pianos fabriqués depuis 1900-1905 présentent un cadre métallique (en fonte).

Cette structure est indispensable pour soutenir les 22 tonnes de tension générées par les cordes.  Les pianos anciens, non munis d’un cadre métallique, sont à proscrire.                

En effet, ils ne supportent pas les modes de chauffage actuels dans nos foyers ; et donc ne tiennent pas l’accord.

 

3- La dimension

Qu’il soit droit ou à queue, plus le piano est grand, meilleur il est. Pourquoi ?

Plus les cordes sont longues, plus l’instrument offrira un volume sonore, et une amplitude de jeu et de nuances possibles.

Sur un piano droit, les cordes étant verticales, c’est donc la hauteur du piano qui sera déterminante.

Sur un piano à queue, les cordes étant horizontales, c’est la longueur de la queue qui sera à prendre en considération.

Les pianos droits ont des hauteurs qui vont de 108 cm (pour un piano d’étude) à plus de 130 cm (pour un piano d’interprétation).

Les pianos à queue vont de 150cm (pour les ¼ de queue) à près de 280cm (pour les « grand queue de concert »).

A savoir :

Les dénominations « ¼ de queue »,  « ½ queue » et « ¾ de queue », ne sont utilisées qu’en France.

Les différences de tailles étant assez variables d’une marque à une autre, les autres pays du monde privilégient la précision et ne mentionnent que la dimension en mètres (ou en pouces).

Néanmoins, d’une manière habituelle, en France, on désigne les catégories suivantes :

  • ¼ de queue : entre 150 et 199 cm
  • ½ queue : entre 200 et 219 cm
  • ¾ de queue : entre 220 et 249 cm
  • Queue de concert :  250 cm et plus

4- Le design et la finition du meuble

Là encore, ce sont les contraintes de production qui occasionnent des prix plus élevés. Les pianos les moins fabriqués étant les plus coûteux à produire, ils sont donc aussi les plus chers à la revente.

Les différentes finitions par ordre de prix croissant :

  • Le noir brillant est toujours le moins cher (car représente 80% des ventes),
  • puis le blanc brillant (10 % des ventes, très à la mode actuellement),
  • puis le noyer satiné (5% des ventes),
  • puis toutes les autres couleurs (5%) de bois brillants et autres design « originaux ».

 

Voilà, vous savez tout (ou presque) et comprendrez désormais mieux les différences de prix entre modèles.